Comparaison entre stabilité des agrégats ou des mottes et risques de ruissellement et d'érosion en nappe mesurés sur parcelles en zone soudanienne du Mali - IRD - Institut de recherche pour le développement Access content directly
Journal Articles Sécheresse Year : 2004

Comparison between aggregate or clod stabi!ity and runoff and interrill erosion risks measured on runoff plots in the Sudanese zone of Mali

Comparaison entre stabilité des agrégats ou des mottes et risques de ruissellement et d'érosion en nappe mesurés sur parcelles en zone soudanienne du Mali

Abstract

ln 1998 and 1999, runoff and soil erosion were monitored on runoff plots in Southern Mali. Seven runoff plots were set up on three different soils (Alfisol, Vertisol, and Lithosol), with three land uses, i.e. old natural bush fallow, cropping with conventional tillage (maize then cotton), and cropping with minimum tillage on the seed line. Soil samples were collected at 0-10 cm in order to determine soil carbon content, aggregate stability (to wet-sieving after fast wetting) and clod stability to waterdrops. The results indicated that low clay (and fine silt) contents and intensive tillage resulted in low soil carbon content and weak aggregate and clod stability, and high runoff and erosion. Thus runoff and erosion tended to be lower on the (clayey) Vertisol and under fallow than on the Alfisol and under conventional tillage. The results were more complex with minimum tillage (as compared with other land uses, runoff and erosion were higher when annual rainfall was high, but the opposite occurred in rather dry years) and on the Lithosol (high runoff but limited erosion due to the high topsoil content in gravels). Runoff correlated with topsoil aggregate stability (which in turn correlated with clay and carbon contents), and erosion with clod stability (which in turn correlated with fine root contents). Thus land uses that promoted the stability of the topsoil structure (e.g. organic return to the soil including root biomass, reduced tillage) decreased soil susceptibility to runoff and erosion. Furthermore, these results confirmed and extended the validity of simple erodibility tests (aggregate and clod stability) for the assessment of runoff and interrill erosion at field scale. The clod stability test seemed to better explain erosion risks than the aggregate stability test, as it takes the stabilizing action of the roots into account. Additionally, the clod test requires few laboratory devices. However, it can take long when clods are stable (10 s to 120 min for each clod), and it requires larger soil samples that must be transported carefully.
En 1998 et 1999, le ruissellement et l'érosion ont été mesurés au Sud-Mali sur sept parcelles d'érosion standard (100 m²) sous pluies naturelles. Ces parcelles étaient installées sur sol ferrugineux tropical, sol brun vertique et sol peu évolué d'érosion, avec les modes d'occupation suivants : jachère arbustive, culture avec labour (maïs puis coton, en culture attelée), culture avec travail minimum (maïs puis coton, travail à la pioche sur le rang seulement). Des échantillons de sol ont été prélevés à 0-10 cm de profondeur, afin de déterminer notamment la teneur en carbone, la stabilité des agrégats (tamisage dans l'eau) et la stabilité des mottes (sous l'impact de gouttes d'eau). Les résultats montrent que lorsque le taux d'argile (et limons fins) est faible et les pratiques culturales intensives, la teneur en carbone du sol et la stabilité des agrégats et des mottes sont faibles également, tandis que le ruissellement et l'érosion sont élevés. De manière générale, le sol brun vertique (argileux) et les sols sous jachère sont donc moins sensibles au ruissellement et à l'érosion que le sol ferrugineux et les sols labourés. Les résultats sont plus complexes en cas de travail minimum (par rapport aux autres traitements, ruissellement et érosion sont importants en année humide mais faibles en année sèche) et sur sol peu évolué (ruissellement élevé mais érosion limitée, du fait de la richesse en éléments grossiers en surface). Les résultats montrent également que le ruissellement est lié à la stabilité des agrégats (elle-même liée à la teneur en argile et en carbone), et que l'érosion est fonction de la stabilité des mottes (elle-même fonction de la richesse en radicelles). Les pratiques qui garantissent une stabilité élevée de la couche de sol superficiel permettent donc de diminuer la sensibilité du sol au ruissellement et à l'érosion. Par ailleurs, ces résultats confirment et étendent la validité de tests d'érodibilité simples (stabilité des agrégats et des mottes) pour évaluer le ruissellement et l'érosion à l'échelle parcellaire. Le test de stabilité des mottes peut être long quand les mottes sont stables (de 10 s à 120 min). De plus, il exige une quantité de sol plus importante (120 g) que le test de stabilité des agrégats (20 g) et un transport précautionneux des mottes jusqu'au laboratoire. En revanche, il requiert très peu de matériel de laboratoire (pipette).
Fichier principal
Vignette du fichier
Diallo04Barthès_Sécheresse_agr mottes éro Mali.pdf (306.07 Ko) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

ird-04102669 , version 1 (22-05-2023)

Identifiers

Cite

Drissa Diallo, Bernard Barthès, Didier Orange, Eric Roose. Comparaison entre stabilité des agrégats ou des mottes et risques de ruissellement et d'érosion en nappe mesurés sur parcelles en zone soudanienne du Mali. Sécheresse, 2004, 15 (1), pp.57-64. ⟨ird-04102669⟩

Collections

IRD
36 View
30 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More