Organisations professionnelles et mobilisation en contexte coercitif : le cas jordanien - IRD - Institut de recherche pour le développement Access content directly
Journal Articles Critique Internationale Year : 2010

Organisations professionnelles et mobilisation en contexte coercitif : le cas jordanien

Abstract

Professional Organizations and Mobilization in Coercive Context : The Jordanian Case The Jordanian regime's enforcement of extensive supervision of political parties has transformed professional associations into an alternative - and nearly unique - site of politicization and mobilization. On the strength of their professional identity and the crucial economic role they play, the latter succeeded in freeing up a space for action and opposition vis-à-vis the regime. This space nevertheless remains very limited and is more a matter of publicly expressing political opinion than genuinely challenging the powers that be. Moreover, the very nature of these organizations - which are like orders, with membership obligatory for those who wish to exercise professions in which diplomas are required - tends to reduce the possibilities for social conflictualization. The activist careers studied here show that, while professional associations are the only place where it is possible to pursue political engagement after leaving the university, a social selection takes place that limits mobilization. While such associations do avoid corporatization and manipulation by the powers that be, they also lead to a limited and elitist form of activism. This is in keeping with a more general tendency in contemporary activism to assume an "expert" stance in favor of reforming agendas rather than launching frontal assaults with the support of a strong social movement.
Le fort contrôle des partis imposé par un régime coercitif a transformé les syndicats professionnels en Jordanie en lieu alternatif -et quasi unique- de politisation et de mobilisation. Ils s'appuient sur leur identité professionnelle et leur rôle économique incontournable pour dégager une marge d'action et d'opposition vis-à-vis du régime. Toutefois, celle-ci reste très limitée et renvoie plus à l'expression publique d'opinions politiques qu'à une remise en cause réelle du pouvoir du régime. D'autre part, la nature même de ces organisations qui s'apparentent à des ordres avec adhésion obligatoire pour exercer des professions diplômées tend à réduire les possibilités de conflictualisation sociale. Les trajectoires militantes montrent que les syndicats professionnels apparaissent comme le seul espace où poursuivre un engagement politique après l'université mais aussi qu'une sélection sociale s'effectue qui limite la mobilisation. Ainsi les syndicats professionnels en contexte coercitif, quand ils évitent la corporatisation et l'instrumentalisation par le pouvoir, conduisent-ils à un militantisme élitiste et limité. Ils s'inscrivent également dans une tendance plus générale du militantisme actuel, vers un positionnement " expert " pour la réforme des agendas, plutôt que la remise en cause frontale basée sur un fort mouvement social.
Fichier principal
Vignette du fichier
organisations_professionnelles_en_contexte_coercitif.pdf (191.72 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

ird-00604247 , version 1 (07-07-2011)

Identifiers

Cite

Pénélope Larzillière. Organisations professionnelles et mobilisation en contexte coercitif : le cas jordanien. Critique Internationale, 2010, 48, pp.183-204. ⟨10.3917/crii.048.0183⟩. ⟨ird-00604247⟩
163 View
344 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More