Allaitement, VIH et prévention au Burkina Faso: les déterminants sociaux ont-ils changé ? - IRD - Institut de recherche pour le développement Access content directly
Journal Articles Science et Technique, Série Sciences de la santé Year : 2008

Allaitement, VIH et prévention au Burkina Faso: les déterminants sociaux ont-ils changé ?

Abstract

While the prevention of HIV transmission through breastfeeding is considered in most programs to depend on the attitude of the mothers, ethnological research conducted in 1998-1999 revealed the influence brought to bear by health workers and by those who share the mother's everyday life. Have these social aspects undergone change in Burkina Faso? The results of the ethnographic study conducted from 2003 to 2007 show that mothers who do not have enough economic or social autonomy, or enough support from the child's father, are prevented from applying preventive recommendations by factors such as the risk of stigmatization, social norms regarding breastfeeding and contradictory discourse among health workers. Frequently, the mother only manages to protect her child by creating a distance between the “social actors” involved in infant feeding and her baby. Nevertheless, there have been changes: more fathers support the mothers, especially when they are themselves HIV-positive; exclusive breastfeeding is made easier through the promotion of breastfeeding for all children; more possibilities are available to receive the support of associations. But the risk of unwanted disclosure of the mother's status is still an important issue in two circles of influence: the one involving the baby's father, the family and neighborhood, and the other involving health services and PLWA community organizations.
Alors que les programmes conçoivent la prévention de la transmission du VIH par l'allaitement comme une question d'attitudes des mères, des travaux en ethnologie avaient montré dès 1998-1999 l'influence de l'entourage et des soignants. Ces « déterminants sociaux » ont-ils évolué au Burkina Faso ? Les résultats d'une étude ethnographique menée entre 2003 et 2007 montrent que le risque de stigmatisation, les normes sociales en matière d'allaitement et les discours parfois contradictoires des soignants, empêchent toujours les mères d'appliquer une option préventive si elles ne disposent pas d'une autonomie économique et sociale suffisante ou de l'appui de leur conjoint. Le plus souvent, la mère ne parvient à protéger son enfant qu'au prix d'une mise à distance des « acteurs sociaux » de l'allaitement. Des changements peuvent cependant être repérés : certains pères, souvent lorsqu'ils sont eux-mêmes séropositifs, soutiennent désormais leur épouse ; la promotion de l'allaitement exclusif pour tous les enfants « banalise » cette pratique préventive ; davantage de possibilités d'appui sont proposées aux femmes par les associations. Mais un enjeu essentiel reste le risque de divulgation de la séropositivité de la mère, dans deux cercles d'influence : celui de l'entourage et du conjoint et celui des services de soin et des associations.
Fichier principal
Vignette du fichier
Desclauxva_ScienceetTechnique_2008.pdf (169 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

ird-00368249 , version 1 (15-03-2009)

Identifiers

Cite

Alice Desclaux, Chiara Alfieri. Allaitement, VIH et prévention au Burkina Faso: les déterminants sociaux ont-ils changé ?. Science et Technique, Série Sciences de la santé, 2008, Hors série (1), pp.117-126. ⟨ird-00368249⟩
620 View
799 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More